Une étude menée par plusieurs chercheurs américains montre que l’humanité ne pourrait pas tenir plus de quatre sur la planète rouge. Les scientifiques alertent sur les dangers des radiations cosmiques. 

Fouler la roche ocre de Mars : voilà un objectif ambitieux que l’humanité aimerait remplir ces prochaines années. La Chine a déjà formulé son souhait d’y organiser une présence humaine permanente sur place : cela ne sera sans doute pas possible.

Le 7 août dernier, une étude réalisée par des chercheurs issus de l’UCLA, du MIT, de l’Institut des Sciences et de Technologie de Skolkovo à Moscou et du Centre de recherches allemand pour les géosciences (GFZ), a fait l’effet d’une douche froide.

Des radiations cosmiques dangereuses

Les scientifiques, qui ont publié leurs travaux dans le magazine Space Weather, affirment qu’il serait pour le moins dangereux de s’installer durablement sur la planète rouge. Pour être exact, les chercheurs pensent que l’Homme ne pourrait pas tenir plus de quatre ans sur place. En cause : les radiations cosmiques qui proviennent du Soleil, voire de l’extérieur du système solaire. La planète Mars est particulièrement exposée à ces radiations : elle ne possède pas de magnétosphère qui permette à ses occupants de s’en prémunir. 

Grâce à ces travaux, les scientifiques ont été en mesure de déterminer quel moment serait le plus propice pour le lancement d’une mission habitée sur Mars. Les chercheurs insistent pour faire coïncider ce top départ avec ce que l’on appelle le « maximum solaire », c’est-à-dire le moment où l’activité solaire est à son climax. C’est grâce à ce phénomène que les particules les plus dangereuses du système solaire seraient déviées. 

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.