Facebook, Instagram, Whatsapp, Messenger et quantité d’autres services du géant américain Facebook ont été « down » durant près de 7 heures lundi en fin de journée. Ce bug mondial a pris fin durant la nuit et les services ont été rétablis ce mardi matin. Retour sur cette panne historique qui pose de nombreuses questions.

« Nous sommes de retour » ! Le message tant attendu par les utilisateurs est bien tombé dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 octobre, signant le retour en ligne de Facebook et des services associés après une panne mondiale hors-normes. Le site assure que ses services fonctionnent normalement et un test ce mardi matin nous a permis de constater une utilisation normale sur Facebook ou Whatsapp. Reste que pour le géant américain déjà sous le feu des critiques aux Etats-Unis, ce bug mondial est un fâcheux contretemps. Toute la nuit, le groupe a dû gérer une véritable situation de crise avec un bug à l’échelle mondiale qu’il a fallu résoudre.

Selon le site américain spécialisé The Verge, il a même fallu une intervention d’urgence dans l’un des data centers du groupe pour tenter de résoudre le problème. « Les ingénieurs de Facebook ont ​​été envoyés dans l’un de ses principaux centres de données américains en Californie pour restaurer le service, ce qui signifie que le correctif ne pouvait pas être effectué à distance », souligne ainsi le média américain ce mardi dans son enquête sur l’origine du bug. Le site DownDetector, qui recense les problèmes des plateformes internet, affichait encore ce mardi matin quelques remontées d’utilisateurs mais le bug semble bien avoir été résolu. Les sites de Facebook et applis liées comme Whatsapp ou Instagram ne sont plus « down ».

La panne d’ampleur mondiale subie est du jamais-vu pour le géant américain Facebook et elle pourrait donc laisser des traces. Ces dernières heures, les applis de messagerie concurrentes de Whatsapp  comme Telegram ou Signal ont vu les téléchargements et le nombre de nouveaux utilisateurs exploser. Si Facebook avait connu plusieurs pannes d’ampleur, le bug mondial survenu ce lundi 4 octobre 2021 restera dans les annales. Nombre des 2,7 milliards d’utilisateurs quotidiens des services de Facebook se sont trouvés privés de connexion, notamment aux Etats-Unis et en France où Facebook mais aussi les applis du géant comme Whatsapp, Instagram ou Messenger sont restées inutilisables jusqu’aux confins de la nuit. Le site The Verge avait apporté la bonne nouvelle peu avant minuit heure française, dans la nuit de lundi à mardi, alors que Facebook, Instagram ou Whatsapp ont été down pendant près de 7 heures au total. « Après avoir échoué à tous les tests pendant la majeure partie de la journée, un test des serveurs DNS des FAI via DNSchecker.org montre que la plupart d’entre eux trouvent avec succès une route vers Facebook.com », a encore écrit le média américain référent dans le domaine de la tech, qui y voyait « un bon signe » pour que les choses reviennent à la normale.

Facebook a ensuite communiqué officiellement peu après 00h30, heure française, via notamment un message sur le site de son concurrent Twitter. Terrible ironie du sort…  « A l’immense communauté de personnes et d’entreprises du monde entier qui dépendent de nous : nous sommes désolés. Nous avons travaillé dur pour rétablir l’accès à nos applications et services et nous sommes heureux de vous annoncer qu’ils sont à nouveau en ligne. Merci de votre patience », pouvait-on lire sur le compte officiel du réseau social de Menlo Park, peu après 00h30. Ce mardi 5 octobre 2021 aux premières heures de la journée, les services affichaient un fonctionnement normal, tant sur Facebook que sur les apps associées comme Whatsapp.

Encore des bugs sur Facebook ce mardi ?

Bonne nouvelle pour les accros de Facebook, Messenger ou Whatsapp. La firme a rassuré ses utilisateurs dans la nuit de lundi au mardi 5 octobre, évoquant un retour à la normale de ses services via un message diffusé à 00h30 heure française. Facebook n’a pas communiqué depuis son message de la nuit, revenant ensuite sur l’origine du bug. Si vous n’avez pu accéder à Facebook, Instagram ou Whatsapp dans la soirée, sachez que le problème a touché de nombreux pays occidentaux, dont la France, et particulièrement ceux dans lesquels ces services sont les plus utilisés. Le site Facebook ainsi que son appli ont visiblement été victimes d’un bug interne, qui rendait la plateforme inaccessible jusque tard dans la soirée. Sur mobile, l’appli restait disponible, mais on ne pouvait y charger aucun nouveau contenu ni envoyer des messages. Il était impossible d’actualiser le fil d’actualités. Tous ses services affichent un fonctionnement normal ce mardi matin.

D’où vient la panne rencontrée par Facebook, Instagram et Whatsapp ?

Quand on cherchait à accéder à Facebook sur le Web ce lundi 4 octobre au soir, le message « Ce site est inaccessible. Impossible de trouver l’adresse IP du serveur de facebook.com » s’affichait dans le navigateur. Signe que les choses évoluaient et que Facebook avait sans doute repris la main sur la situation, le message « Sorry, something went wrong » pouvait être lu à la même adresse vers minuit ce mardi 5 octobre 2021 avant que la page d’accueil de Facebook réapparaisse finalement quelques minutes plus tard.

La panne de Facebook a touché de nombreux services et plateformes du groupe. Messenger, l’appli de message reliée à Facebook, mais aussi le service de messagerie Whatsapp étaient également en rade lundi soir. L’appli Instagram, rachetée par Facebook il y a quelques années, faisait également partie des services down. Même Oculus, la plateforme de réalité virtuelle de Facebook, était en panne. Un séisme quand on sait que le réseau d’applications de Facebook compte en moyenne plus de 2,7 milliards d’utilisateurs quotidiens.

Les employés de Facebook impactés eux aussi par le bug !

Plusieurs médias américains, comme Bloomberg citant un porte-parole de la société, rapportaient que certains services internes utilisés par les employés de Facebook, notamment l’outil Workplace utilisé pour la communication entre les équipes, étaient également hors service. Plusieurs employés ont déclaré au site spécialisé The Verge qu’ils avaient dû se contenter de communiquer par le biais d’un compte de messagerie Outlook fourni par leur employeur, ne pouvant néanmoins pas recevoir d’e-mails provenant d’adresses externes. La panne aurait aussi momentanément empêché certains employés d’accéder aux bâtiments de l’entreprise et aux salles de conférence avec leur badge, selon le New York Times.

La première réaction officielle est venue d’Andy Stone, porte-parole du groupe : « Nous sommes au courant que certaines personnes ont du mal à accéder à nos applications et produits. Nous travaillons à un retour à la normale le plus rapidement possible et nous présentons nos excuses pour ce désagrément », a-t-il-tweeté peu après 17h, heure française. Un message repris mot pour mot ou presque sur le compte Twitter officiel de Facebook une heure plus tard.

L’origine de la panne de Facebook reste encore mystérieuse mais ce serait une sorte d’énorme bug d’aiguillage. Comme si la voie pour mener l’internaute à bon port sur le site de Facebook avait été déviée pour mener vers un cul de sac… Alors que Facebook restait muet dans la soirée sur l’origine de ce bug mondial, plusieurs experts ont rapidement soulevé la thèse du problème interne, lié au système de routage. Dans la soirée, c’est un bug du DNS (Domain Name Systeme, système de nom de domaine) permettant de lier un site web à votre adresse IP pour assurer sa connexion qui était mis en avant.

Dans la nuit, Facebook a commencé à donner quelques explications dans la foulée du retour à la normale du site web, via un communiqué revenant sur la panne et présentant ses excuses aux usagers. Sur la panne elle-même, le site se veut plutôt elliptique, évoquant un « changement dans la configuration » des routeurs assurant la coordination du trafic entre les différents et immenses data centers du groupe. Le bug a rapidement impacté les data centers, mettant les services de Facebook à l’arrêt. Plusieurs experts, interrogés par des médias américains, avaient plus tôt donné des détails sur l’origine du bug. « La cause de la panne de Facebook est « probablement une mauvaise configuration ou un code poussé vers le système de gestion du réseau », a précisé un ancien responsable de la sécurité chez Facebook au média américain Bloomberg, indiquant que ce genre de bug n’est pourtant « pas censé se produire ». 

Cité par The Verge, le vice-président de Cloudflare, entreprise spécialisée dans les services de sécurité Internet et de serveur de noms de domaine, a remarqué que les routes BGP (border gateway protocol) de Facebook ont été « retirées d’Internet ». Ce « protocole de passerelle extérieure standardisé » aide les réseaux à choisir le meilleur chemin pour acheminer le trafic Internet, autrement dit à amener l’internaute jusqu’au data center de Facebook. Selon un journaliste indépendant qui s’est exprimé sur Twitter dans la soirée, le bug de Facebook serait lié à « une mise à jour BGP de routine qui a mal tourné, effaçant les informations de routage DNS dont Facebook a besoin pour que d’autres réseaux puissent trouver ses sites ».

La panne de Facebook a rapidement alimenté les spéculations autour d’un potentiel piratage informatique ou d’une protestation interne. Le groupe, régulièrement critiqué, est au centre d’une nouvelle crise depuis quelques jours après les révélations d’une lanceuse d’alerte, Frances Haugen, ancienne responsable de produit chez Facebook. Celle-ci a accordée un entretien exclusif à l’émission « 60 Minutes », de la chaîne CBS, ce dimanche 3 octobre. Documents internes à l’appui, elle a accusé Facebook d’avoir privilégié le profit à la sécurité de ses utilisateurs. Aucune information ne permet néanmoins de penser qu’un acte de malveillance est à l’origine de la panne, l’erreur de manipulation semblant l’hypothèse la plus probable soulevée ce mardi 5 octobre, quelques heures après le retour à la normale de Facebook.

Quelle a été la durée de la panne des services Facebook ?

Si l’on se fie aux données du site Downdetector qui recense les problèmes touchant les services Internet mais aussi les fournisseurs d’accès, la panne de Facebook a débuté lundi 4 octobre, peu après 17h heure française, avec un pic à partir de 18h. A 23h30, le site indiquait encore plus de 2000 rapports d’erreurs en France. La barre des 500 rapports a été franchie à la baisse après minuit. La coupure aura donc été particulièrement longue, impactant l’ensemble des services sur une durée de 6 à 7 heures au total. Le retour officiel à la normale a été annoncé à 00h30, heure française.

Outre son ampleur, cette panne de Facebook, d’Instagram et de Whatsapp aura donc été inédite par sa durée. Il est rare que les apps de Facebook soient down pendant une période aussi longue. Il faut remonter à 2019 pour retrouver une panne comparable. A l’époque, les applications internes de Facebook avaient cessé de fonctionner à la suite d’un différend avec Apple qui avait interrompu certaines fonctionnalités des applications sur l’iPhone. Plus récemment, deux pannes ont aussi eu lieu, le 19 puis le 25 mars 2021 dans la matinée, rendant les connexions aux sites impossibles, mais durant près d’une heure seulement.

En plein marasme, Mike Schroepfer, qui quittera son poste de directeur technique de Facebook l’année prochaine, s’est contenté de tweeter : « Nous rencontrons des problèmes de réseau et les équipes travaillent aussi vite que possible pour déboguer et restaurer [le service] aussi vite que possible ». Des ingénieurs de Facebook ont été envoyés dans les centres de données américains de l’entreprise pour tenter de résoudre le problème, selon deux sources citées par le site The Verge. « Cela semble indiquer que la panne, qui est déjà la plus grave de Facebook depuis des années, ne peut être corrigée à distance », écrivait alors ce média spécialisé.

« Facebook ne fonctionne pas » : était-il possible de contourner la panne pour accéder à Facebook ?

Non. Concrètement, l’utilisateur de Facebook a été confronté à une erreur de type « 500 », ce qui indique qu’il s’agissait d’un problème avec les serveurs de l’entreprise. Le Domain Name System (DNS) du site Facebook et de ses petits cousins étant en cause, et avec lui le système de routage de ces sites, tout accès était tout simplement impossible pour les internautes. En somme, il s’agissait d’un problème interne qu’il n’était pas possible de contourner.

« Instagram et ses amis » ont eu « un peu de mal »

Application lancée en 2010 et rachetée en 2012 par Facebook, Instagram a été impacté également par la panne. « Instagram et ses amis ont un peu de mal en ce moment, et vous avez peut-être des problèmes pour les utiliser. Soyez indulgent avec nous, nous nous en occupons ! », indiquait le compte Twitter officiel de la plateforme lundi soir. D’après le site Downdetector, entre 17 et 18 heures, près de 100 000 rapports d’erreurs ont été envoyés par des internautes n’arrivant pas à se connecter.

Whatsapp a également été confronté à des « problèmes »

Whatsapp et Facebook étant liés, la panne ce 4 octobre touchait effectivement les deux services. Whatsapp y est aussi allé de son petit message de service sur Twitter : « Nous sommes informés que certaines personnes rencontrent des problèmes avec WhatsApp en ce moment. Nous travaillons pour que les choses reviennent à la normale et nous enverrons une mise à jour ici dès que possible », pouvait-on lire lundi soir.

 
Profitez-en pour vous abonner et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.