Lockheed Martin, Nanoracks et Voyager Space viennent de conclure un partenariat pour lancer une station spatiale commerciale d’ici 2027. Baptisée Starlab, la plateforme semi-gonflable sera disponible pour le gouvernement américain et l’industrie privée. L’objectif est qu’elle soit habitée en permanence.

La Station Spatiale internationale (ISS) devant être retirée d’ici la fin de la décennie, les États-Unis se tournent vers le privé pour la remplacer dans le cadre du projet Commercial Low-Earth Orbit Destination (CLD) de la NASA. Parmi les options proposées figure Starlab. Développée par le trio d’entreprises Lockheed Martin, Nanoracks et Voyager Space, elle pourrait être mise en orbite dès 2027. Si le projet se concrétise, il s’agira alors de la toute première station spatiale commerciale à vol libre.

Un laboratoire privé en orbite

À bord de Starlab, les astronautes pourront mener toutes sortes d’expériences scientifiques en microgravité. Ces travaux pourront porter sur la matière ou encore la croissance des plantes. Accessoirement, cette station privée pourra permettre une présence américaine permanente dans l’espace, tandis que la Chine poursuit son propre programme de vols habités.

Dans sa version actuelle, la station se compose d’un module d’habitat d’un volume interne d’environ 9 m cubes, d’un élément d’alimentation et de propulsion, ainsi que d’un laboratoire. Au total, la station aura un volume de 340 m3 et quatre panneaux solaires totalisant 60 kW. Pendant ce temps, un système régénératif de contrôle de l’environnement et de survie (ECLSS) pourra soutenir un équipage permanent de quatre astronautes. Un bras robotisé sera également disponible pour gérer les cargos et les expériences extérieures.

« Nous sommes ravis de faire partie d’une équipe aussi innovante et compétente, une équipe qui permet à chaque entreprise de tirer parti de ses principaux atouts« , a déclaré Lisa Callahan, vice-présidente et directrice générale chez Lockheed Martin. « La vaste expérience de Lockheed Martin dans la construction de vaisseaux et de systèmes spatiaux complexes associée à l’innovation commerciale de Nanoracks et à l’expertise financière de Voyager permet à notre équipe de créer une station spatiale axée sur le client qui alimentera notre vision future« .

À terme, rappelons que Starlab ne sera pas la seule station privée en orbite. L’entreprise Axiom Space a notamment l’intention de lancer un module privé vers l’ISS dès 2024 et trois autres d’ici à la fin de 2027. Ces modules seront ensuite capables de se séparer de l’ISS pour fonctionner de manière totalement autonome. Basée dans le Colorado, la société Sierra Space travaille également sur un avant-poste orbital privé en collaboration avec Blue Origin.

Sources

Profitez-en pour vous abonner et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.