Deux physiciens ont récemment mené une étude concernant le statoréacteur, un système de propulsion par réaction dont la particularité est de ne comporter aucune pièce mobile. Le duo de spécialistes s’est en effet demandé s’il était réellement possible de construire les vaisseaux du futur autour de ce système.

Qu’est-ce que le statoréacteur  ?

En 2017, la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASTC) annonçait un avion spatial réutilisable. Prenant le nom de Teng Yun, l’appareil est prévu pour décoller à l’horizontale et utiliser deux types de motorisation. Il sera équipé d’un moteur-fusée afin de se placer en orbite basse autour de la Terre, ainsi que d’un statoréacteur pour atteindre les couches supérieures de l’atmosphère.

Le statoréacteur génère une poussée par éjection de gaz provenant de la combustion d’un carburant (kérosène). Une de ses principales particularités n’est autre que l’absence de pièces mécaniques en mouvement. Citons également la présence d’un seul tube. En revanche, un appareil embarquant ce moyen de propulsion seul ne peut pas décoller par lui-même. Il faut donc de le larguer depuis les airs au moyen d’un engin plus imposant.

Dans une étude à paraître dans Acta Astronautica en février 2022, deux physiciens ont toutefois exploré la question suivante : sera-t-il réellement possible de construire les vaisseaux du futur autour du statoréacteur ? Il faut dire que ce mode de propulsion fonctionne très bien dans l’atmosphère terrestre, mais des interrogations subsistent en ce qui concerne les futurs voyages interstellaires.

Une technologie encore inaccessible

Rappelons tout d’abord qu’aujourd’hui, la propulsion d’une navette dans l’espace passe par l’utilisation d’un moteur-fusée. Cependant, ce système nécessite un apport en carburant, si bien que sa vitesse et son autonomie sont plutôt limitées. En théorie, un vaisseau spatial embarquant un statoréacteur représenterait donc une révolution bien que l’idée ne soit pas vraiment nouvelle en soi, ayant déjà fait son apparition dans diverses œuvres littéraires et cinématographiques.

Coauteur de l’étude, Peter Schattschneider est physicien à l’Université technique de Vienne (Autriche). Il explique que l’espace interstellaire contient du gaz très dilué, principalement de l’hydrogène. En utilisant une sorte d’entonnoir magnétique, il serait alors possible de collecter l’hydrogène autour du vaisseau spatial et ainsi de faire fonctionner le statoréacteur. Néanmoins, les deux chercheurs estiment qu’il faudra patienter longtemps avant de voir apparaître cette technologie. Selon eux, le fonctionnement de ce type de propulsion dans l’espace est théoriquement possible, mais nous n’y avons pas encore accès.

Pour étayer leur conclusion, les scientifiques se sont basés sur l’échelle de Kardachev, une méthode théorique de classement des civilisations en fonction de leur niveau technologique et de leur consommation énergétique. Or, l’humanité n’aurait pas encore atteint le stade de société de type I nécessaire pour concevoir un tel vaisseau spatial à statoréacteur.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.