Le Roscosmos, l’agence spatiale russe, n’a pas tardé à suivre les directives du Kremlin et annonce le retrait de tous ses ingénieurs de la base de lancement de Kourou en Guyane et menace de désorbiter l’ISS.

La Russie suspend aussi les lancements depuis Kourou et « suspend sa coopération avec les partenaires européens ».  Huit fusées Soyouz devaient décoller du cosmodrome de Kourou cette année, dont un lancement destiné à placer en orbite le satellite espion français CSO-3. Sans les fusées russes, plusieurs lancements de gros satellites prévus pour cette année devront désormais attendre la mise en activité d’Ariane 6, dont le premier vol est prévu pour la fin 2022
Outre l’arrêt des opérations en Guyane, Dmitri Rogozine, le directeur du Roscosmos, a lâché des tweets au vitriol en réponse aux sanctions américaines visant à affaiblir directement l’industrie spatiale russe. Rogozine en est même venu à menacer… de désorbiter l’ISS (la Station Spatiale Internationale) : « Peut-être que le Président Biden n’est pas au courant. Alors vous devez lui expliquer que ce sont nos vaisseaux Progress qui assurent la correction de l’orbite de la station pour empêcher les collisions avec des débris spatiaux sur une orbite terrestre polluée par vos hommes d’affaires talentueux. Si vous bloquez la coopération avec nous, qui sauvera l’ISS contre sa désorbitation inévitable et la chute sur le territoire des États-Unis et de l’Europe? Il y a également un risque de chute de cette construction de 500 tonnes sur l’Inde ou la Chine ». Ambiance…

Toute proportion gardée, on se croirait véritablement dans un épisode de l’excellente série For All Mankind *(Apple TV+), sauf qu’il s’agit bien ici du monde réel.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.