Une menace plane sur les câbles sous-marins qui relient les continents à Internet. Une coupure provoquerait un blackout. Ce scenario cauchemardesque est envisagé par les forces armées.

Après 7 jours de guerre entre la Russie et l’Ukraine les menaces s’intensifient et le pays alliés de Kiev sont en alerte. En plus d’une menace nucléaire, celle d’un « black out » d’Internet avec la coupure des câbles sous-marins transatlantiques.

Cette menace n’est pas prise à la légère. En plus de déconnecter les ordinateurs, les smartphones, les serveurs par lesquels transitent les données financières et économiques seraient tout simplement coupés.

Et comme le rappelait récemment lors d’un entretien à la Tribune, Jean-Luc Vuillemin, directeur des réseaux internationaux d’Orange, en cas de coupure, il n’y aurait tout simplement plus d’internet européen. Et pour cause: 99% du réseau mondial passe par ces câbles.

Ce scénario est pris très au sérieux par les responsables européens de la défense depuis plusieurs années d’autant que des navires militaires Russe sillonnent de plus en plus les côtes irlandaises par où passent ces autoroutes de l’information.

Un navire espion russe

La crainte est réelle. En août 2021, au large de l’Irlande, le Yantar, un navire « océanographique » qui dispose d’un mini sous-marin de type AS-37 [Projet 16810], a pu plonger jusqu’à 6000 mètres de profondeur. Ce navire espion de la marine russe a suivi le tracé des câbles sous-marins de télécommunications Celtic Norse et AEConnect-1 qui relient l’Irlande aux États-Unis. C’est par eux que transitent 97% des communications mondiales et des transactions financières.

De plus, en 2014, des coupures de câbles imputées à la Russie ont été commises lors de l’annexion de la Crimée. L’Ukraine prend cette menace au sérieux. Elle a demandé à Elon Musk de déployer en urgence son réseau de satellites internet Starlink au-dessus du pays.

Le patron de SpaceX a répondu en quelques heures pour déployer une solution de secours si le grand coup de ciseau devait avoir lieu.

Dans son plan d’investissement « France 2030 » annoncé en novembre 2021, Emmanuel Macron a confirmé que l’exploration des grands fonds est une priorité. Deux milliards d’euros seront consacrés sur cinq ans pour cette mission présentée comme aussi importante que l’espace mais tout aussi compliquée.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.