Alors que l’avenir de la Station spatiale internationale est très incertain, certains aux États-Unis souhaiteraient ne pas attendre janvier 2031 pour s’en débarrasser, la Chine devrait cette année terminer la construction de la sienne. 

Lors d’un discours tenu vendredi 4 mars, Zhou Jianping, un des responsables du programme spatial habité chinois, a déclaré que la construction de la Station spatiale chinoise sera bien terminée d’ici la fin de l’année. Avec les modules Wentian et Mengtian, qui serviront principalement à réaliser des expériences, cette station spatiale prendra sa configuration définitive en forme de T. Elle devrait fonctionner pendant au moins une dizaine d’années à une altitude comprise entre 340 et 450 kilomètres.

Elle sera alors composée de trois modules, d’un cargo et d’un véhicule de transport d’équipage Shenzhou, amarrés en permanence. Elle ne sera donc pas aussi volumineuse que la Station spatiale internationale (ISS) qui compte 16 modules pour une masse d’environ 450 tonnes, contre une centaine de tonnes pour la Station chinoise. Mais elle apparaît suffisamment grande pour répondre aux besoins des Chinois qui ont prévu de l’utiliser pour une très grande variété d’expériences scientifiques et démonstrations technologiques. Elle pourra accueillir jusqu’à six personnes et, si nécessaire, la Chine pourra l’agrandir avec l’ajout de trois autres modules.

Concrètement, Wentian devrait être lancé en juin et Mengtian vers la fin de l’année. Ils s’amarreront de part et d’autre du nœud de jonction du module Tianhe, lancé en avril 2021. Ces deux modules seront lancés par un lanceur Long March 5B. La Chine a aussi prévu un télescope spatial Xutian de deux mètres de diamètre. Il ne sera pas amarré à la station mais volera dans une configuration coorbitale avec elle. Il viendra s’y amarrer pour des opérations de maintenance. Son lancement est prévu en 2024.

La Station spatiale chinoise est aujourd’hui occupée par un équipage de trois taïkonautes, dont Wang Yaping, première Chinoise à avoir réalisé une sortie dans l’espace. Cet équipage, Shenzhou 13, est arrivé à bord du complexe orbital en octobre 2021 et redescendra sur Terre vers la mi-avril. Deux autres missions habitées sont prévues cette année, Shenzhou 14 et Shenzhou 15.

Première rotation d’équipages chinois

L’équipage de Shenzhou 14 sera chargé de superviser l’arrivée et l’amarrage des deux modules Wentian et Mengtian, puis de leur mise en service. Avec l’équipage de Shenzhou 15 qui rejoindra la station en fin d’année, la Chine réalisera sa première rotation d’équipages. Six taïkonautes chinois se retrouveront ensemble à bord de leur station ! Une première pour la Chine spatiale.

Cette station spatiale est aussi susceptible d’accueillir des astronautes étrangers. Deux astronautes de l’Agence spatiale européenneSamantha Cristoforetti, qui s’apprête à rejoindre la Station spatiale internationale, et Matthias Maurer, actuellement à bord de l’ISS, se sont entraînés avec leurs homologues chinois en 2017. À l’époque, cette initiative était vue comme un premier pas en vue d’une mission habitée à destination de la Station spatiale chinoise. La Russie envisage aussi d’envoyer ses cosmonautes.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.