Cet automne, une équipe de la NASA examinera les phénomènes aérospatiaux non identifiés (PAN, ou UAP en anglais) : tous les événements observés dans le ciel qui ne sont ni des aéronefs, ni des phénomènes naturels connus.

Ce ne sera pas non plus l’équivalent du Geipan (Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés), ce service du CNES qui a pour vocation d’identifier les signalements d’ovnis depuis 1977 : la mission ne durera que neuf mois. Elle cherchera la meilleure méthode pour collecter et utiliser les données d’observations.

« Compte tenu de la rareté des observations, notre première tâche consiste simplement à rassembler l’ensemble de données le plus robuste possible, explique David Spergel, futur dirigeant de l’étude et astrophysicien. Nous identifierons quelles données — des civils, du gouvernement, des organisations à but non lucratif, des entreprises — existent, quelles autres données nous devrions essayer de collecter et comment les analyser au mieux ». Les futures conclusions de l’équipe seront ensuite publiées : « conformément aux principes d’ouverture, de transparence et d’intégrité scientifique de la Nasa, ce rapport sera partagé publiquement », déclare Daniel Evans, responsable de l’Agence spatiale chargé d’orchestrer l’étude.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.