Ce train à sustentation magnétique (maglev) est présenté comme révolutionnaire.

Vient-on d’assister à un très grand moment dans l’histoire du transport ? C’est en tout cas ce suggère un article publié par le South China Morning Post. La Chine vient en effet de démarrer des tests sur le premier maglev bleu suspendu, baptisé “Sky Train”, ou train du ciel. Ce dernier roule sous les rails et sans contact physique avec ces derniers et flotte ainsi en ne nécessitant que très peu d’énergie.

Un “Sky Train” à la place du métro ou du tramway ?

Long de 800 mètres, ce train est propulsé grâce à des aimants très puissants constitués d’éléments de terre rare. Il est capable de transporter 88 passagers à une vitesse d’environ 80 km/h et pourrait atteindre les 120 Km/h.

Selon ses concepteurs, des chercheurs de l’université des sciences et technologies de Jiangxi, il ne nécessite qu’une infime quantité d’électricité. Quant à son coût de construction, il ne représenterait qu’environ un dixième de celui d’un métro, rapportent nos confrères. De quoi donner pourquoi pas donner des idées à certaines municipalités qui souhaiteraient se doter d’un moyen de transport moins cher et peu énergivore.

La Chine mise à fond sur la technologie maglev et travaille sur des lignes où les trains pourraient atteindre une vitesse de 600 km /h. Toutefois, ces derniers sont très gourmands en énergie, contrairement au “Sky Train”.

Il faut également noter que la diffusion de cette technologie à grande échelle pourrait être une aubaine pour l’Empire du milieu qui dispose déjà d’un stock de terres rares assez conséquent. Le South China Morning Post précise d’ailleurs que la Chine contrôle plus de 80 % de la capacité de production d’aimants permanents dans le monde.

Les scientifiques travaillent depuis le début des années 2000 sur ce projet. Mais il semble que le développement de l’intelligence artificielle ait permis aux chercheurs d’enregistrer de gros progrès dans ce domaine au cours de ces dernières années.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.