Les astéroïdes géocroiseurs sont de ces objets qui transitent dans notre Système solaire, suffisamment près de notre Terre pour présenter un risque d’impact avec notre planète. Les chercheurs en ont désormais identifié plus de 30.000, mais aucun ne présente de réelle menace pour la vie sur Terre. Du moins pas dans les cent ans à venir. 

La NASA vient tout juste d’annoncer la réussite de la mission Dart destinée à dévier un astéroïde de sa trajectoire. L’ESA, de son côté, continue de surveiller le ciel. Ses experts ont désormais plus de 30.000 astéroïdes géocroiseurs à l’œil.

Dans notre Système solaire, il y a environ un million d’astéroïdes connus. Et pas loin d’un tiers d’entre eux sont supposés être des astéroïdes géocroiseurs. Des objets susceptibles de s’approcher dangereusement de notre Terre. Le premier d’entre eux a été découvert en 1898. Un rocher de 30 kilomètres qui peut s’approcher jusqu’à 22 millions de kilomètres de notre Planète. C’est tout de même près de 60 fois la distance qui nous sépare de la Lune.

Plusieurs instruments de pointe permettent aujourd’hui aux chercheurs de découvrir chaque semaine de nouveaux astéroïdes. Et d’en étudier les caractéristiques et les trajectoires. La mission Gaïa, destinée à localiser très précisément un milliard d’étoiles, a permis de grandes avancées en la matière. Les astronomes peuvent désormais se faire une idée très exacte des orbites de ces objets, y compris sur des centaines d’années dans le futur.

Pas de risque imminent

Aujourd’hui, l’Agence spatiale européenne (ESA) annonce avoir découvert très exactement 30.039 astéroïdes géocroiseurs. La majorité a été détectée au courant de la dernière décennie. Faisant la preuve de la capacité de plus en plus grande des chercheurs à détecter ces astéroïdes potentiellement dangereux pour la vie sur Terre. Car rappelons que c’est l’un d’entre eux qui a mis fin au règne des dinosaures, il y a 66 millions d’années.

Actuellement, 1.425 de ces astéroïdes géocroiseurs sont considérés par l’ESA comme ayant un risque d’impact « non nul ». Mais aucun des objets de plus d’un kilomètre de diamètre — ceux qui seraient potentiellement dévastateurs — ne menace la Terre avant au moins un siècle. Cela laisse le temps d’entrevoir des missions de déviation.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.