Les dérives de la nouvelle certification n’ont plus de limites et viennent même affecter les performances en bourse de grands groupes.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un certain Elon Musk s’est offert Twitter le mois dernier. Depuis son arrivée à la tête du réseau social, les catastrophes s’enchaînent. Licenciements de masse, procès et conditions de travail difficiles, les employés subissent le courroux de leur nouveau grand patron. Du côté des utilisateurs, de nouvelles fonctionnalités sont venues chambouler le fonctionnement de la plateforme.

La fameuse certification qui permettait jusqu’alors d’identifier les comptes officiels et influents a été rendue accessible via l’abonnement Twitter Blue. Ces derniers jours, n’importe qui pouvait dépenser 8€ dans cette formule et obtenir le petit badge que tous les utilisateurs savent reconnaître. Force est de constater que cet ajout a eu des conséquences énormes en matière d’imitation et de création de faux comptes.

Quelques jours (voire quelques heures) après la mise en place de ce système, les comptes parodiques se sont multipliés, semant alors une drôle de pagaille dans le paysage numérique de Twitter. Super Mario qui fait un doigt d’honneur ou Pepsi qui incite à boire du Coca, toujours plus de tweets surprenants ont secoué la plateforme la semaine dernière. Ces blagues ayant pour but de montrer les dérives dangereuses de la nouvelle certification n’ont pas pris longtemps avant de tourner au vinaigre. En effet, les imitations de certains grands groupes ne sont pas passées inaperçues et ont eu des conséquences financières massives.

La blague à 16 milliards

BP, Roblox et même Elon Musk en personne, aucun profil connu n’a été épargné par ces drôles de blagues sur le réseau social. Cependant, un groupe a tout particulièrement souffert des farces finalement loin d’être inoffensives. Malgré des mesures instaurées en pleine panique pour éviter les parodies trop dangereuses, un groupe pharmaceutique américain a perdu des milliards pour un simple tweet. Un petit plaisantin sous les traits de Eli Lilly and Company à faire croire que l’insuline utilisée dans le traitement du diabète était devenue gratuite. Ni une ni deux, le message est devenu viral et l’action en bourse de l’entreprise a dégringolé. En seulement quelques heures, c’est une perte de 16 milliards de dollars dont a souffert le groupe.

Certains ont également rapporté que Lockheed Martin, fabricant de missiles et autres systèmes de défense a aussi subit une fluctuation dans ses côtes en bourse à la suite d’un tweet indiquant l’arrêt de la vente d’armes à certains pays du Moyen-Orient. Cette situation insolite a le mérite de montrer l’importance du statut officiel sur les réseaux et les dérives que peuvent impliquer les nouvelles idées d’Elon Musk pour le réseau social à l’oiseau bleu. Depuis, l’achat de l’abonnement Twitter Blue a été désactivé le temps de trouver une solution.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.