Alors que Twitter est en pleine crise, Post arrive pile au bon moment.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les débuts d’Elon Musk à la tête de Twitter sont très agités et compliqués. Dans ce tumulte, certains cherchent un refuge alternatif. Beaucoup pensent l’avoir trouvé avec Mastodon, la plateforme décentralisée. 

En quoi Post est-il différent de Twitter ?

La solution pourrait venir d’un autre service concurrent lancé par Noam Bardin, l’ancien président de Waze, qui a quitté son poste l’an dernier. Il vient de lancer Post, un réseau social qui entend « créer un lieu pour débattre des idées, apprendre des experts, des journalistes, des créateurs individuels et les uns des autres, converser librement et s’amuser ».

En guise de lancement, la platefome se fait encore plus claire, et en appelle à un supposé âge d’or des réseaux sociaux survenu dans le passé, à supposer que ce dernier ait vraiment existé :

Vous vous souvenez quand les réseaux sociaux étaient amusants, qu’ils vous faisaient découvrir de grandes idées et des gens sympas, et qu’ils vous rendaient plus intelligents ? Vous vous souvenez de l’époque où ils ne vous faisaient pas perdre votre temps, vous mettaient en colère ou vous rendaient triste ? Quand vous pouviez être en désaccord avec quelqu’un sans être menacé ou insulté ? C’est ce que nous voulons faire revivre avec Post.

Alors, comment le service compte-t-il s’y prendre pour tenir parole ? La principale nouveauté consiste dans le fait qu’il sera possible de poster des publication de tous types de longueur et sans aucune limite de signes. Sur le papier, cette option est séduisante, et elle offre donc une alternative aux threads parfois illisibles que l’on peut voir sur Twitter.

Post veut aussi aider les créateurs à monétiser leur travail. On pourra ainsi donner des pourboires aux utilisateurs qui nous paraissent les plus pertinents. Autre moyen de générer de l’argent sur Post : la mise en vente d’articles produits par des utilisateurs Premium, qui sont censés apporter une valeur ajoutée.

Comme on peut le voir Post semble donc beaucoup miser sur les formats écrits, la marque de fabrique de Twitter à l’origine.

Post : le nouveau réseau social qui va faire pschitt ?

Reste une question de taille pour tout réseau social qui veut devenir massif : la modération. Pour l’instant, Post promet la mise en place de règle de règles rigoureusement appliquées avec l’aide de sa communauté. Mais pour rassurer ses utilisateurs soucieux de la liberté d’expression, il indique aussi qu’il « s’opposera à toute tentative gouvernementale de censurer les discours ».

Reste à savoir si la formule sera gagnante. On sait en effet qu’il existe un public désireux de trouver une alternative à Twitter. Mais remplacer un réseau social de plusieurs centaines de millions d’utilisateurs n’est pas chose aisée, et pour bon nombre d’internautes, renoncer à tous ces liens sociaux noués au fil des années n’est pas évident.

Pour l’heure, Post est accessible sur liste d’attente, et pas moins de 125 000 inscriptions avaient été enregistrées dimanche soir.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.