La FCC autorise SpaceX à déployer 7 500 satellites Starlink de deuxième génération. Loin des 30 000 demandés initialement, mais déjà inquiétants pour certains.

SpaceX avait demandé à la Federal Communications Commission (FCC) l’autorisation de déployer 29 888 satellites Starlink de deuxième génération en 2020. Aujourd’hui, la FCC lui accorde cette autorisation, partiellement. La commission donne son feu vert à l’entreprise pour créer, déployer et exploiter jusqu’à 7 500 satellites de sa constellation Gen2 à des altitudes de 525, 530 et 535 km. Dans son annonce, la FCC explique que cela permettra à SpaceX de proposer un accès à Internet aux utilisateurs dans le monde entier, même ceux qui vivent dans des régions très reculées.

La FCC limite actuellement le nombre de satellites par crainte des débris orbitaux et de la sécurité dans son ensemble. La commission explique que cela permettra de maintenir un environnement spatial sûr et de protéger les autres opérateurs d’interférences potentiellement dangereuses. Plusieurs entreprises, dont la NASA, avaient exprimé leurs craintes quant au projet de SpaceX de déployer 30 000 satellites supplémentaires, surtout dans la mesure où la FCC avait déjà autorisé le lancement de 12 000 satellites Starlink de première génération.

Dans une lettre de la NASA adressée à la commission, l’agence évoquait les impacts potentiels d’une constellation si étendue sur les missions spatiales. Un grand nombre de satellites Satellites pourrait, selon elle, augmenter les risques de collision et diminuer sensiblement les fenêtres de lancement. Ceci étant dit, la FCC se garde le droit d’autoriser ou non, des déploiements additionnels.

Loin des 30 000 demandés initialement, mais déjà inquiétants pour certains

Le patron de SpaceX, Elon Musk, avait révélé que les satellites Starlink de deuxième génération sont bien plus gros que leurs prédécesseurs et qu’ils devront être lancés sur le véhicule de lancement Starship de l’entreprise. Cette taille est due à leurs antennes massives leur conférant la capacité de communiquer avec les téléphones sur Terre et aux antennes mobiles dans le ciel.

La collaboration entre T-Mobile et SpaceX, annoncée en août dernier, dépend de ces satellites de deuxième génération. Les deux sociétés veulent faire disparaître les zones blanches avec ce partenariat et offre une connectivité partout où il y a une vue dégagée vers le ciel, même si c’est au beau milieu de l’océan.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.