Un codeur a créé un site qui simule l’impact d’une météorite sur Terre et ses conséquences. Vous pouvez varier les paramètres selon la nature de l’objet et découvrir ainsi les dégâts qu’un tel événement occasionnerait, si cela devait arriver. Cela peut être terrifiant et fait prendre conscience du besoin d’un programme de défense planétaire. J’ai simulé l’impact d’un astéroïde d’un kilomètre de diamètre sur la banlieue de New York.

Un des plus grands moments dans le domaine du spatial de 2022, et qui est même entré dans l’histoire, a été le test réussi de la déviation d’un petit astéroïde – qui ne nous menaçait pas – au moyen d’un engin-kamikaze, Dart, qui s’est écrasé à sa surface. C’était en septembre dernier et sa trajectoire a bien été (légèrement) modifiée. Les scientifiques continuent d’étudier les conséquences de ce deep impact afin de bien nous préparer, en cas de menaces planétaires…, à l’instar de celle qu’ont subie les dinosaures, et plus de 70 % de la vie sur Terre, il y a 66 millions d’années. C’était certes un gros objet (peut-être une comète) d’une taille estimée à 10 kilomètres de diamètre dont les risques d’impact sont estimés à un tous les 100 millions d’années environ.

Alors, pas de menaces de ce type à l’horizon pour l’instant (et pour au moins des siècles), mais les scientifiques sont bien conscients qu’un petit « accident » avec un corps de plus petite taille peut « vite » arriver avec, pour dommages, des destructions à l’échelle régionale. Voilà donc pourquoi un programme international de défense planétaire a été lancé.

J’ai simulé l’impact d’un géocroiseur d’un kilomètre de diamètre sur New York !

Si vous êtes curieux de voir ce que la chute d’une grosse météorite pourrait faire dans votre région, ou une toute autre de votre choix, Neal Agarwal, « codeur créatif », s’est amusé à créer un site qui simule des impacts sur Terre. Pour bien faire, il vous propose de voir ce que cela donnerait avec différentes tailles et compositions d’objets célestes, en variant les trajectoires d’impacts, les angles de collisions, et la vitesse bien sûr. Car ils ne foncent pas tous sur notre Planète à la même vitesse ni de la même direction. Certaines météorites peuvent être plus massives et denses comme on l’a vu, tandis que d’autres sont plus poreuses, d’ailleurs ces dernières peuvent exploser et se fragmenter dans le ciel à basse altitude, alors que les plus gros, on l’imagine, forment de larges cratères de plusieurs kilomètres de diamètre, accompagnés d’ondes de choc dévastatrices qui ravagent tout sur leurs passages, sur des centaines de kilomètres à la ronde.

L’expérience vous tente ? Alors, direction Asteroid Launcher. Chaque simulation vous détaille les dégâts : de la profondeur et le diamètre du cratère au nombre de victimes et de blessés causé, et même jusqu’à quelle distance de l’impact vos vêtements prendraient feu si cette situation terrifiante se produisait !

J’ai simulé la chute d’un astéroïde d’un kilomètre de diamètre – à l’image de 2022 AP7, le « planet killer » récemment découvert, et qui s’ajoute aux quelque 30 000 géocroiseurs connus à ce jour qui coupent régulièrement l’orbite de la Terre – dans la banlieue de New York. Avec un angle de 29° et une vitesse de 21 km/s. Résultat : un cratère de 12 kilomètres (quand même !) et profond de 619 mètres. Nos habits seraient en feu si nous y étions à moins de 110 kilomètres de l’impact ! Redoutable.

Une telle hypothèse est-elle réaliste ? Oui, mais c’est assez rare, il faut le souligner. Pour le site, cela se produirait en moyenne tous les 514 000 ans. En tout cas, une chose est certaine si cela devait arriver un jour : Manhattan et ses environs seraient dans un état de délabrement, car la plupart des édifices situés dans un périmètre de 212 kilomètres autour de l’impact s’effondreraient. Les victimes se compteraient par millions. Alors, on comprend pourquoi il était temps pour l’humanité de mettre en place un programme ambitieux de défense planétaire, afin que cela n’arrive jamais et qu’aucune ville ou région ne soit un jour réduite en cendres. Même si l’on peut trouver Asteroid Launcher amusant, ceci n’est pas un jeu.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

 

.