Les rumeurs d’un possible rachat de Netflix par Microsoft vont bon train. Mais pourquoi ?

La principale nouveauté de Netflix, cette année, c’est l’arrivée de la nouvelle offre abordable et partiellement financée par des publicités. Si, pour le moment, ce nouvel abonnement semble avoir du mal à séduire les foules, il pourrait permettre au SVOD de doper sa croissance à long terme. Et pour gérer ses espaces publicitaires, Netflix s’est associé avec Microsoft.

Comme l’avaient noté de nombreux médias à l’époque, Netflix aurait pu choisir d’autres sociétés, avec une meilleure expertise en matière de publicités (on peut penser à Google). Et pourtant, c’est Microsoft qui a été sélectionné. Dès lors, on avait commencé à penser que ce partenariat entre les deux entreprises pourrait, plus tard, ouvrir la voie à un rachat de Netflix par la firme de Redmond.

Et ces rumeurs sur un possible rachat de Netflix par Microsoft vont bon train jusqu’à présent, surtout après la publication d’un nouvel article de Reuters sur le sujet, dans lequel l’agence évoque la situation de Microsoft, celle de Netflix, et les possibles motivations du PDG de Microsoft, Satya Nadella. Si pour le moment, Microsoft n’a exprimé aucun intérêt à racheter Netflix, voici 4 raisons pour lesquelles ce rachat serait tout à fait logique.

1 – Satya Nadella, un PDG très ambitieux

Tout d’abord, Satya Nadella, l’actuel PDG de Microsoft, est plein de surprises. Sous sa direction, Microsoft a déjà annoncé de nombreuses acquisitions à plusieurs milliards de dollars. On peut citer l’acquisition de Minecraft à 2,5 milliards de dollars, celle de LinkedIn à 26 milliards de dollars, le rachat de GitHub à 7,5 milliards de dollars ou encore le rachat de Nuance à 19,7 milliards de dollars.

Et actuellement, la firme de Redmond essaie de faire passer auprès des régulateurs le projet de rachat de Activision Blizzard à 69 milliards de dollars. En substance, Microsoft a les moyens de faire de grosses acquisitions. Et son PDG est favorable à celles-ci. De ce fait, il est tout à fait possible que Netflix soit dans le viseur de la firme.

2 – Si le rachat de Activision tombe à l’eau, Netflix sera le plan B ?

Il est tout à fait possible que Microsoft envisage de racheter Netflix en cas d’échec du rachat de Activision Blizzard. En effet, le projet est loin de passer comme une lettre à la poste. Actuellement, Microsoft doit convaincre les régulateurs américains, britanniques, et européens pour que ceux-ci donnent leurs feux verts pour l’acquisition. Et dans le jeu vidéo, ce projet inquiète bien évidemment la concurrence, dont Sony.

En tout cas, si jamais le projet de rachat de Activision Blizzard par Microsoft tombe à l’eau, la firme aurait plusieurs milliards de dollars à disposition, qu’il pourrait utiliser pour faire une autre grosse acquisition, comme Netflix.

3 – Les deux entreprises sont déjà très proches

Notons par ailleurs qu’en plus du fait que Microsoft est le partenaire de Netflix pour la gestion de ses espaces publicitaires, le VOD compte également un dirigeant de Microsoft parmi les membres de son conseil d’administration. Selon Reuters, l’actuel président de Microsoft, Brad Smith, est aussi membre du conseil d’administration de Netflix depuis 2015.

En ce qui concerne les produits et les services, les deux sociétés pourraient parfaitement s’aligner. En plus des films et des séries, Netflix propose aujourd’hui un accès à des jeux vidéo mobiles à ses abonnés. Et le SVOD s’intéresse au cloud gaming. Si Microsoft rachetait Netflix, cela pourrait permettre à celui-ci de créer un super abonnement combinant ses jeux vidéo, ceux de Netflix, ainsi qu’au catalogue de films et de séries. Netflix, de son côté, pourrait avoir besoin de cela pour rivaliser avec les super abonnements (des abonnements qui ne donnent pas accès qu’à un service de streaming) proposés par Amazon, ou Disney.

Mais Netflix est-il à vendre ?

Officiellement, non. Et selon CNBC, en novembre, le co-PDG de Netflix, Reed Hastings, a assuré que le partenariat avec Microsoft n’est pas précurseur d’une prise de contrôle. “Il n’est pas normal de conclure des accords commerciaux avec des entreprises que vous essayez d’acquérir. Cela rend les choses plus compliquées, pas moins. Donc c’était comme zéro de la motivation”, a-t-il déclaré.

Cependant, un rachat par une société plus grande pourrait aider Netflix à rester le leader du marché. D’ailleurs, comme l’a évoqué le Hollywood Reporter, en juin, l’autre co-PDG, Ted Sarandos, n’avait pas exclu à 100 % l’idée d’un rachat de Netflix. Alors que Netflix était en difficulté (avant de rebondir plus tard), celui-ci avait indiqué qu’un rachat “est toujours une réalité, nous devons donc garder les yeux grands ouverts à ce sujet”.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.