Si vous êtes fan d’astronomie, vous devez déjà suivre la comète 46P Wirtanen depuis quelques jours puisque celle-ci est déjà visible à l’œil nu et aux jumelles. Par un heureux hasard de calendrier, vous aurez droit à une pluie d’étoiles filantes, connues sous le nom de Géminides, ce week-end ! Cela commence à faire de nombreuses raisons pour lever les yeux vers le ciel.

Explorer l’espace nécessite souvent des mois voire des années de voyage en fonction de la destination. Si ces objectifs étaient de l’ordre du rêve, ils deviennent réalité grâce aux moteurs ioniques. Considérés comme les plus puissants au monde, ces moteurs à propulsion nous permettent aujourd’hui d’aller toujours plus loin et leur premier objectif est déjà fixé : Mercure.

Moins d’une heure après le décollage, la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC), principal contributeur au programme spatial chinois, annonçait que Chang’e-4 avait été placé avec succès sur une orbite d’injection trans-lunaire avec un périgée à 200 km  et un apogée à environ 420 000 km. L’engin spatial va effectuer désormais un voyage de cinq jours vers la Lune avant l’injection en orbite lunaire prévue le 11 décembre.

Grâce aux nouveaux instruments installés à l’observatoire Keck, à Hawaii, une équipe d’astronomes a annoncé avoir détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète se trouvant à 179 années-lumière de la Terre. C’est sur la planète HR 8799 c que cette eau a été découverte. Cette exoplanète a été observée pour la première fois en 2008 et elle est sept fois plus massive que Jupiter.

Curiosity arpente Mars depuis plus de six ans maintenant. Grâce au rover, nous avons pu apprendre pas mal de choses au sujet de la planète rouge et nous ne sommes visiblement pas au bout de nos surprises. L’astromobile a en effet pris en photo un drôle d’objet très brillant à moitié enfoui sous la surface martienne.

Partie de Terre en septembre 2016, la sonde Osiris-Rex a atteint son objectif, l’astéroïde Bennu, pour une mission ambitieuse. Cette sonde de la NASA a pour objectif de rapporter jusqu’à deux kilogrammes de matière de l’astéroïde afin de mieux le comprendre car son orbite coupe celle de la Terre. 

Après la formidable réussite de l’atterrissage du robot InSight sur Mars en début de semaine, la NASA ne se repose pas sur ses lauriers et s’apprête à nous faire vivre un autre évènement majeur. Il s’agit de la rencontre de la sonde Osiris-Rex (Origins, Spectral Interpretation, Resource Identification, Security-Regolith Explorer) avec l’astéroïde Bennu 101955 qui aura lieu le 3 décembre à 18.00 (heure française).

Une fois arrivé en orbite de Bennu, OSIRIS-REX passera une année à étudier l’astéroïde géocroiseur, en dressera une carte en 3-D et en rapportera des échantillons pour les analyser en laboratoire. Cet astéroïde découvert en 1999 a un diamètre d’environ 575 mètres et décrit une orbite de 1,2 an autour du Soleil. Sa trajectoire coupe celle de l’orbite de la Terre et selon les données disponibles, il pourrait bien percuter celle-ci en 2175.