Invité il y quelques jours lors d’un podcast par l’humoriste et présentateur Joe Rogan, Elon Musk a encore une fois inquiété ses actionnaires. Le célèbre astrophysicien Neil deGrasse Tyson est monté au créneau, jugeant Elon Musk comme « la meilleure chose que nous ayons eu depuis Thomas Edison ».

À l’instar de la NASA, l’Agence Spatiale Européenne et l’agence spatiale britannique ont lancé un appel à idées pour trouver le nom d’une de ses missions : le rover ExoMars 2020.

La ruée vers Mars est au cœur de la plupart des recherches aérospatiales. Bon nombre de robots et de sondes ont déjà été envoyés sur cette planète afin d’en déterminer la composition et estimer si une vie y est possible. Récemment, on a pour projet d’envoyer des Hommes pour la première fois sur Mars grâce à une technique d’hibernation.

Les émissions de méthane sont saisonnières et des molécules organiques sont emprisonnées dans des roches sédimentaires anciennes : les dernières découvertes de Curiosity sont de bon augure pour la suite de l’exploration et l’étude de Mars. La NASA, l’ESA et le Cnes vont s’affairer à découvrir des indices d’une forme de vie passée avec les rovers ExoMars 2020 et Mars 2020, nous explique Francis Rocard.

La NASA avait soigné ses effets : excitation et mystère entouraient la tenue de la conférence de presse de ce jeudi 7 juin, consacrée à la planète Mars. Depuis le centre spatial Goddard, dans le Maryland, l’agence spatiale américaine a annoncé avoir découvert des molécules organiques vieilles de plusieurs milliards d’années. Et obtenu la confirmation qu’il y a bien du méthane dans l’atmosphère de Mars.

La NASA a réuni ses scientifiques les plus éminents pour répondre aux questions du public concernant le rover martien Curiosity et les découvertes qu’ils auraient faites sur Mars. La conférence sera diffusée ce jeudi 7 mai à 19h. Quelle est donc la teneur de cette découverte si importante que la NASA en a convoqué une conférence de presse ?

Alors qu’il est maintenant depuis trois semaines à la tête de la NASA, Jim Bridenstine rassure les partisans de la mission sur Mars que la planète rouge reste le point central de l’agenda de l’agence spatiale. Bridenstine déclare que l’effort des États-Unis pour retourner à la surface de la Lune ne compromettrait en aucune façon la mission du pays d’être le premier à envoyer des humains sur Mars.

Située à 228 millions de kilomètres de la Terre, Mars a accueilli plus de missions scientifiques que n’importe quelle autre planète du système solaire. C’est une terre aride, dangereuse, avec des tempêtes de poussières, une radiation mortelle et des températures arctiques avoisinant les -60°C. Pourtant, malgré les dangers, les agences spatiales du monde entier préparent leur première mission sur la planète rouge. La NASA y a ainsi envoyé une mission de reconnaissance équipée d’un astromobile. Et Curiosity s’est posé sur Mars en août 2012. L’aventure martienne ne fait que commencer !

Si le lancement réussi du Falcon Heavy a fait la une il y a quelques semaines, sachez que SpaceX a déjà les yeux tournés vers un autre objectif : celui d’aller sur Mars. Mais pour ce faire, il faut construire une fusée équipée d’un vaisseau. Les travaux sont déjà en cours, et SpaceX espère même une première mise en orbite autour de Mars dès 2020.

Le mois de mars 2018 verra à la fois le lancement d’un mini-lanceur privé, d’une constellation géante constituée de mini-satellites, d’un explorateur de la frontière entre la Terre et l’espace et le début de mission d’un renifleur de méthane sur Mars. Trépidant ! Voici le programme de ce mois de Mars 2018.

Depuis janvier 2004, le rover Opportunity explore Mars, où il réalise des analyses géologiques, et dont il a envoyé 225 000 images vers la Terre. Il ne devait passer que 90 « sols », des jours solaires martiens, sur la planète rouge. Pourtant, le rover Opportunity, lancé par la NASA en 2003, s’y trouve toujours… Et il fonctionne encore. Il a fêté son 5 000e sol sur Mars, le 17 février 2018.