Quid de la tempête globale qui a obligé Opportunity à plonger en hibernation ? Le vaillant rover, actif depuis plus de 14 ans, va-t-il se remettre de ce long sommeil ? L’équipe qui s’en occupe a de bonnes raisons d’être optimiste. Pour garder le moral, ils diffusent tous les matins des chansons.

La ruée vers Mars est au cœur de la plupart des recherches aérospatiales. Bon nombre de robots et de sondes ont déjà été envoyés sur cette planète afin d’en déterminer la composition et estimer si une vie y est possible. Récemment, on a pour projet d’envoyer des Hommes pour la première fois sur Mars grâce à une technique d’hibernation.

Les émissions de méthane sont saisonnières et des molécules organiques sont emprisonnées dans des roches sédimentaires anciennes : les dernières découvertes de Curiosity sont de bon augure pour la suite de l’exploration et l’étude de Mars. La NASA, l’ESA et le Cnes vont s’affairer à découvrir des indices d’une forme de vie passée avec les rovers ExoMars 2020 et Mars 2020, nous explique Francis Rocard.

La NASA avait soigné ses effets : excitation et mystère entouraient la tenue de la conférence de presse de ce jeudi 7 juin, consacrée à la planète Mars. Depuis le centre spatial Goddard, dans le Maryland, l’agence spatiale américaine a annoncé avoir découvert des molécules organiques vieilles de plusieurs milliards d’années. Et obtenu la confirmation qu’il y a bien du méthane dans l’atmosphère de Mars.

La NASA a réuni ses scientifiques les plus éminents pour répondre aux questions du public concernant le rover martien Curiosity et les découvertes qu’ils auraient faites sur Mars. La conférence sera diffusée ce jeudi 7 mai à 19h. Quelle est donc la teneur de cette découverte si importante que la NASA en a convoqué une conférence de presse ?

Alors qu’il est maintenant depuis trois semaines à la tête de la NASA, Jim Bridenstine rassure les partisans de la mission sur Mars que la planète rouge reste le point central de l’agenda de l’agence spatiale. Bridenstine déclare que l’effort des États-Unis pour retourner à la surface de la Lune ne compromettrait en aucune façon la mission du pays d’être le premier à envoyer des humains sur Mars.