Un accord a été signé entre la NASA et la fondation du milliardaire russe Iouri Milner. Il vise, notamment, à définir les meilleures technologies permettant d’identifier d’éventuelles signatures biologiques au-dessus d’Encelade, satellite de Saturne.    

Avant de se poser sur le sol martien, le 26 novembre 20 h 47 heure française, le lander InSight va devoir traverser l’atmosphère martienne. Ce sont sept minutes de terreur qui l’attendent. Explications avec Aymeric Spiga, chercheur au Laboratoire de météorologie dynamique et spécialiste de l’étude des atmosphères du Système solaire.

Pour conquérir l’espace, certaines compagnies et agences n’hésitent pas à imaginer des missions plutôt originales. C’est ainsi que Roscosmos, l’agence spatiale russe, a annoncé son intention de créer sa propre base lunaire. Jusqu’ici rien de bien nouveau sous le soleil étant donné le nombre de sociétés gouvernementales et privées qui ont déjà eu l’intention de faire pareil.

SpaceX l’a récemment annoncé : un vaisseau à la pointe de la modernité est désormais capable de récupérer les astronautes lors de leur retour d’une mission dans l’espace. Le navire s’appelle Go Searcher, il aura pour mission de transporter les astronautes à destination et en provenance de la Station spatiale internationale dès l’année prochaine.

La vie extraterrestre existe bien, n’en doutez pas ! Les fake de vidéos d’Ovnis sont nombreuses sur Internet. La première partie de cette vidéo nous montre une soit disant observation ufologique d’Ovnis filmés à Rosarito, Basse Californie, Mexique. Cette première partie est totalement fausse ! La preuve dans la seconde partie de cette vidéo. Rares sont les observations ufologiques authentiques. Ne vous fiez pas à ceux qui veulent juste faire le buzz !

En 2038, un équipage d’explorateurs humains passera dix-huit mois pour une mission sur Mars avant de revenir sur Terre. À leur retour, le travail continuera, car des robots autonomes y exploiteront l’usine de produits chimiques et de synthèse chimique, initialement démarrée par des êtres humains. Celle-ci produira de l’eau, de l’oxygène et du carburant en utilisant les ressources locales.

« Après neuf années dans l’espace profond à collecter des données qui nous ont indiqué que notre ciel était rempli de milliards de planètes cachées – plus encore de planètes que d’étoiles – Kepler, le télescope spatial de la NASA, est arrivé au bout de ses réserves de carburant nécessaires pour poursuivre ses opérations scientifiques. » C’est par cette déclaration que l’agence spatiale américaine a annoncé, le 30 octobre, la fin de la mission de son satellite.

En 1961, un astronome polonais du nom de Kazimierz Kordylewski avait avancé l’hypothèse de l’existence de nuages de poussière en orbite autour de la Terre. Il pensait que ces particules très légères se situent dans une zone de stabilité gravitationnelle, autour des points de Lagrange L4 et L5. Toutefois, à son époque, les outils technologiques nécessaires à la vérification de sa théorie n’existaient pas encore.