A Paradise, après l’incendie le plus meurtrier jamais survenu aux Etats-Unis, les survivants traumatisés racontent et accusent : le réchauffement climatique, que Donald Trump considère comme un canular, semble à l’œuvre.

Si l’Humanité ne fait rien pour réduire ses émissions de gaz carbonique, le climat sur Terre à l’horizon 2100-2150 va se rapprocher de celui de l’Éocène. Il y a environ 50 millions d’années, la Terre possédait alors des forêts humides et marécageuses semblables à celles de la Floride, jusqu’en Arctique.

Des chercheurs américains ont mené une étude destinée à mettre en garde qu’à l’avenir, certaines régions pourraient de plus en plus se trouver impactées par plusieurs catastrophes climatiques – en même temps. Il s’agit d’une situation qui découlerait de la hausse des émissions de gaz à effet de serre (GES), et dont les conséquences pourraient être importantes.

Les intempéries ont fait au moins 13 morts et plusieurs blessés graves dans le Languedoc-Roussillon en raison de fortes pluies qui ont entraîné des inondations. En une nuit, entre le 14 et le 15 octobre, il est tombé par endroits plus de 180 millimètres de pluie, une intensité exceptionnelle. Le niveau atteint lundi matin par la crue à Trèbes, dans la vallée de l’Aude, est sans précédent depuis 1891. Selon les relevés du service Vigicrues, la rivière est montée jusqu’à 7,68 mètres. Les images filmées par les habitants sur place laissent entrevoir de très nombreux dégâts.

Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. Les alertes fusent de toute part. Le nouveau rapport des experts internationaux sur le climat (GIEC) est l’ultime alerte avant un monde en crise permanente. Les émissions de gaz à effet de serre ont déjà fait grimper la température mondiale de 1°C depuis la révolution industrielle. Et « il est probable » que le réchauffement atteigne 1,5°C entre 2030 et 2052. À cette température, les impacts sur le niveau des eaux, la biodiversité, la sécurité alimentaire sont déjà majeurs. 

Ce documentaire s’intéresse au Gulf Stream qui joue un rôle primordial, non seulement sur la vie océanique, mais également sur notre climat : ses eaux tempérées baignant nos côtes servent de régulateur de températures pour le littoral européen. Ainsi, des études prouvent que sa précédente disparition avait entraîné, il y a des milliers d’années, une période de glaciation… Alors comme son existence est aujourd’hui gravement menacée par le réchauffement climatique et la fonte des glaces en découlant, on peut s’attendre au pire : paradoxalement, le réchauffement climatique engendrerait des hivers extrêmement rigoureux pour l’Europe de l’Ouest.