Ce 12 octobre 2017, un astéroïde de la taille d’une maison a frôlé la Terre, nous rappelant que de tels corps percutent parfois notre planète. À l’échelle des temps géologiques, l’évènement n’est pas rare. Retour sur une découverte datant d’un an : celle d’Andrew Glikson — qui avait déjà détecté en 2015 l’un des plus grands cratères d’impact — et de son collègue Arthur Hickman, portant sur les traces de l’un des plus vieux cratères connus. L’astéroïde qui en est à l’origine est daté de 3,5 milliards d’années et devait être deux ou trois fois plus gros que celui qui mit fin au règne des dinosaures. Le choc fit sans aucun doute trembler la Terre entière.

Mais que fait la NASA et l’ESA ? 2017 RU1 n’est pas un astéroïde tout à fait comme les autres. Et pour preuve, il n’a été répertorié ni par la NASA, ni l’ESA. Il est passé en toute surprise à proximité de notre belle planète dans la nuit du 13 septembre au 14 septembre. Plutôt massif, il est en effet doté d’un diamètre compris entre 62 et 200 mètres. On est passé à coté du pire !

L’astéroïde 2012 TC4 passera à 270000 kilomètres de la Terre le 12 octobre. Ce corps céleste est un peu plus grand que la météorite ayant frappé Tcheliabinsk en février 2013. Cependant, l’astéroïde ne présentera aucun danger pour la Terre d’après les spécialistes de la NASA. L’évènement donnera surtout l’opportunité de tester le système de défense planétaire.

Les Taurides sont ces étoiles filantes et bolides d’un essaim météoritique associé à la comète de Encke. Des pluies de météore surviennent chaque année à la fin d’octobre. On les appelle les boules de feu de l’Halloween. Des chercheurs affiliés à l’Astronomical Institute of the Czech Academy of Science, qui étudient ces fragments, ont trouvé deux astéroïdes, 2015 TX24 et 2005 UR.