En 2017, les quatre réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin ont été arrêtés pendant trois mois à cause du risque de rupture d’une digue en cas de fort séisme. Celui de ce lundi 11 novembre 2019 était plus puissant que le séisme majoré de sûreté. Lire la suite