En Europe, un projet de télescope de détection d’ondes gravitationnelles de troisième génération devrait voir le jour dans les années 2030. Enfoui à 300 mètres de profondeur, le télescope Einstein, c’est son nom, pourra sonder un volume mille fois plus important et offrira la possibilité de détecter un million d’ondes gravitationnelles par an. Avec, à la clé, le pari de comprendre le Big Bang. Lire la suite