C’est l’un des événements astronomiques les plus célèbres et sans doute le plus regardé dans le monde chaque année. Voici nos conseils pour observer un maximum d’étoiles filantes des Perséides ce soir.

Les Perséides sont de retour, comme chaque année, entre le 17 juillet et le 24 août. C’est à cette période que la Terre traverse les filons de poussières laissés par la comète 109P/Swift-Tuttle, à chacun de ses passages, tous les 133 ans (son prochain sera en 2125). Cela fait des siècles que cela dure…, des siècles que tous les ans, au milieu de l’été, ces minuscules débris pleuvent par milliers sur l’atmosphère de notre Planète.

D’ailleurs, vous en avez peut-être déjà observé ces derniers soirs, des « bolides » brillants filant à toute allure (60 km/s), et laissant derrière eux, dans plusieurs cas, une belle trainée visible quelques secondes après la désintégration du météore. Ils sont quelques-uns par heure et leur nombre va fortement augmenter au cours de la nuit du 11 au 12 août, tout particulièrement en fin de nuit. Ils étaient déjà nombreux dans la nuit du 10 au 11 août : 30 bolides enregistrés !

Le pic d’activité des Perséides

Cette année, le pic d’activité est annoncé pour le 12 août à 6 h TU, soit 8 h du matin, heure de Paris. Le Soleil sera donc déjà levé et ce n’est donc pas à notre avantage, au contraire des habitants situés de l’autre côté de l’Atlantique. Mais cela reste une prévision et, à l’instar de la météo, le phénomène peut varier et se décaler (des prévisions très précises sont difficiles) d’une heure ou deux un peu plus tôt, avec de la chance…, ou un peu plus tard.

Quoi qu’il en soit, ce sera au cours de cette nuit du 11 au 12 août que l’on pourra en compter un maximum. Car c’est à ce moment que la Terre entre dans les régions les plus denses du nuage de poussière. La moyenne est de 110 météores par heure (des météores qui, rappelons-le, ne sont pas plus gros qu’un grain de riz). Mais il y a un désagrément encore cette année : la Lune. En dernier quartier, celle-ci éclairera une partie de la nuit, nous empêchant d’intercepter les météores les plus fins et délicats qui surgissent. Ce qui peut réduire de moitié le nombre de météores visibles cette nuit-là.

Rappelons qu’en dehors du pic annoncé (à 6 h TU donc), le meilleur moment pour les admirer est de toute façon au cours des nuits du 11 au 12 et du 12 au 13, surtout entre 3 et 4 heures du matin, quand la constellation de Persée — qui abrite le radiant — approche le zénith. Les conditions sont alors optimales pour observer le plus grand nombre de météores, soit lorsque notre Planète fait face aux tores de poussières cosmiques.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.