Sale temps pour SpaceX, la société américaine du milliardaire Elon Musk, vient de perdre simultanément 40 de ses satellites Starlink. Ces engins faisaient partie d’une flotte de 49 unité placée en orbite basse le 3 février 2022, avec un périgée de seulement 210 km d’altitude.

Dès le 4 février, un orage magnétique lié à une tempête solaire touchait la magnétosphère terrestre. La dilatation atmosphérique résultante aurait provoqué un freinage brutal des satellites, leur faisant perdre près de 50 % de leur vitesse. La société privée a précisé que l’orbite basse de ces Starlink a permis de désorbiter plusieurs d’entre eux, tandis que d’autres effectueront leur rentrée atmosphérique au cours des jours et des semaines à venir.

Quarante de ces appareils sont concernés par ces manœuvres. Celles-ci visent à éliminer intégralement des sources de débris spatiaux pouvant endommager d’autres satellites. SpaceX fait néanmoins l’impasse sur les 9 Starlink restants : aucune précision n’a été donnée sur leur état ni sur de possibles opérations de rentrées atmosphériques au cours des semaines à venir.

Série noire pour Starlink

Cette perte massive est un revers pour le programme Starlink. Sur 2 095 satellites envoyés dans l’espace, entre 210 et 220 se seraient abimés dans l’atmosphère suite à des dysfonctionnements ou obsolescences. L’entreprise se targuait, pour sa constellation de satellites, d’un taux de perte inférieur à 5 % en avril 2021. Cette proportion, déjà naturellement supérieure à 9 % avant la perte des 40 nouveaux satellites, dépasse maintenant les 10 %.

Difficile d’estimer le cout financier d’un tel incident. Le prix de construction d’une unité Starlink est estimé entre 250 000 et 500 000 dollars. Les pertes du 4 février pourraient donc valoir plusieurs millions de dollars à SpaceX. Le prochain lancement de Starlink devrait se dérouler le 20 février 2022 depuis cap Canaveral, en Floride.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.