Sur cette exoplanète, une année dure à peine 18 heures. Située à 1.000 années-lumière de la Terre, NGTS-10b est ce que l’on appelle un « Jupiter chaud » : une géante gazeuse similaire en taille et en composition au Jupiter de notre Système solaire. Mais là où Jupiter met 12 ans à faire le tour du Soleil, NGTS-10b tourne autour de son étoile en 18 heures à peine, un record pour ce type de planète. « Sur les centaines de Jupiters chauds actuellement connus, seuls 7 ont une période orbitale de moins d’un jour », atteste James McCormac, du département de physique de l’université de Warwick, à l’origine de la découverte décrite le 20 février dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

20 % plus grande et deux fois plus lourde que Jupiter, NGTS-10b est en effet située 27 fois plus proche de son étoile que Mercure par rapport au Soleil. Cette étoile, 1.000 fois moins chaude et 70 % plus petite que le Soleil, chauffe pourtant la planète à plus de 1.000 °C, d’autant plus que c’est toujours la même face qui est exposée à l’étoile.

Les astronomes de l’université de Warwick ont découvert l’exoplanète grâce à la Next-Generation Transit Survey, une collaboration de télescopes à l’Observatoire Cerro Paranal de l’Observatoire européen austral au Chili. Ils ont utilisé la méthode dite « de transit », qui consiste à repérer les baisses de luminosité d’une étoile signalant le passage d’une planète. Les astronomes vont à présent continuer à surveiller cette exoplanète pour déterminer si son orbite est stable ou si elle se rapproche en spirale vers l’étoile. « Nous pourrions alors assister à la mort d’une planète survenue il y a 1.000 ans », se réjouit James McCormac.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.